evden eve nakliyatsehirlerarasi evden eve nakliyat

Québec Science remet le Prix du public Découverte de l'année 2009 à un chercheur d'étoiles

Imprimer

Raymond Lemieux, rédacteur en chef de Québec Science, en compagnie du lauréat, Olivier Daigle.

Olivier Daigle, qui termine un doctorat au Département de physique de l'Université de Montréal, a reçu aujourd'hui le Prix du public Québec Science Découverte de l'année 2009. Dans le cadre de ses travaux de doctorat, dirigés par le professeur Claude Carignan, Olivier Daigle a mis au point un dispositif d'imagerie numérique, appelé contrôleur de CCD (pour charge coupled device), qui permet d'améliorer grandement la qualité des images perçues par les caméras d'astronomie ou par celles d'autres instruments employés dans des situations de très faible luminosité.

Ce dispositif a permis d'effectuer les observations astronomiques les plus précises jamais réalisées. Ce qui rend l'invention encore plus prometteuse, ce sont les applications qui peuvent en être faites dans d'autres domaines. Par exemple, le dispositif permet de capter avec netteté le spectre lumineux particulier d'une tumeur cancéreuse, sans avoir recours aux isotopes médicaux radioactifs, pour lesquels il y a une grave pénurie au Canada et dans plusieurs autres pays.

C'est au cours d'une cérémonie organisée en son honneur qu'Olivier Daigle a reçu son prix des mains du rédacteur en chef de Québec Science, M. Raymond Lemieux, qui s'est réjoui de l'enthousiasme du public à l'égard de ce prix : « Il s'agit du seul prix du public québécois en science. Pour cette 5e édition du prix du public, nous avons reçu un nombre record de votes. On voit que les citoyens sont loin d'être indifférents à l'endroit de la recherche québécoise. On constate qu'ils ont des attentes, mais ils savent aussi apprécier le travail qui se fait. »

Le goût de se dépasser
À la suite de la parution de l'article Au-delà du visible portant sur son invention dans le numéro de février 2010 de Québec Science, Olivier Daigle a été particulièrement touché par la réaction de ses proches et des gens gravitant dans son entourage : « Une amie, un parent, un voisin m'interpellaient pour me féliciter et me faire part de leur fierté, a-t-il souligné. Déjà, de figurer parmi les 10 découvertes de l'année de Québec Science aux côtés de chercheurs chevronnés était pour moi un honneur immense. Quand on m'a appris que notre « découverte » avait reçu le plus grand nombre de votes du public, je suis resté bouche bée. Que tous ces lecteurs de Québec Science y aient vu une découverte importante pour la science, ça me donne confiance, ça me donne le goût d'aller de l'avant et de travailler pour que ce contrôleur de CCD se retrouve un jour dans des applications médicales, de surveillance environnementale, ou même spatiales. »

Une fierté partagée
Joseph Hubert, vice-recteur à la recherche de l'UdeM, partage la fierté suscitée par ce prix : « Nous sommes ravis que les lecteurs de Québec Science aient reconnu le génie et l'immense potentiel d'un jeune chercheur de l'Université de Montréal. Olivier, que je félicite chaleureusement, aura trouvé dans notre université un environnement intellectuel et scientifique propice au déploiement de toute sa créativité. Par ailleurs, trop peu de publications grand public se donnent pour mission de valoriser la science qui se fait au Québec. Je tiens donc à saluer cette heureuse initiative de Québec Science, dont c'est la 5e édition cette année. »

Une histoire de famille
C'est entouré de l'équipe du Centre de recherche en astrophysique du Québec, logé à l'UdeM, qu'Olivier Daigle a mené des études de doctorat dans le but de mettre au point son dispositif d'imagerie, dont l'idée a germé à la suite de ses travaux de maîtrise, alors qu'il travaillait chez Photon etc. Cette entreprise montréalaise spécialisée en instrumentation de mesure et d'analyse optique et photonique a été fondée par Sébastien Blais-Ouellette, lui-même détenteur d'un doctorat en physique de l'UdeM. Son entreprise a soutenu Olivier Daigle tout au long de ses travaux de recherche au doctorat.

Le contrôleur de CCD développé par Olivier Daigle – que la NASA a été la première à acquérir – servira aussi à la communauté universitaire, a tenu à rappeler Laurent Lewis, vice-doyen à la recherche de la Faculté des arts et des sciences : « Le prototype fabriqué par Olivier et l'équipe de recherche du Département de physique a été installé sur le télescope de l'Observatoire du mont Mégantic. Les chercheurs et les étudiants de l'UdeM en astronomie pourront donc aussi utiliser cet outil de haute technologie qui leur donne maintenant accès à de nouveaux horizons scientifiques. C'est l'histoire d'un jeune homme brillant et talentueux qui vient chercher dans une université le savoir et l'expertise dont il a besoin et qui le lui rend ensuite au centuple.»

Une nouvelle entreprise est née
Née dans l'Incubateur J.-Armand-Bombardier, Photon etc. a récemment quitté le nid et pris son envol en tant qu'entreprise complètement indépendante. Au tour maintenant d'Olivier Daigle d'y créer sa propre entreprise, avec son associée Marie-Ève Ducharme. Il en a fait l'annonce officielle lors du cocktail organisé en son honneur pour la remise du Prix Découverte de l'année 2009.
Nüvü Camēras
est le nom de cette nouvelle entreprise vouée à un lumineux avenir!

 

Sur le Web

 

Pour information :      
Julie Gazaille
Attachée de presse
Université de Montréal
514 343-6796  
nouvelles.umontreal.ca

 

Dossiers

 

Les enquêteurs de la mort

La revue "Les diplômés" consacre son dossier de l'automne aux enquêteurs de la mort....

 

Le campus de l'UdeM en Mauricie célèbre ses 10 ans

Le pari était téméraire. Pour attirer des médecins en Mauricie, l'Université de Montr...

Le chiffre

70 %

Au Canada, de 1991 à 2010, les titulaires d'un baccalauréat de sexe masculin ont cumulés des gains supérieurs de 70 % aux gains des diplômés d'études secondaires et de 33 % à ceux des diplômés du collégial.

Lire la suite...