evden eve nakliyatsehirlerarasi evden eve nakliyat

Un budget équilibré en 2011-2012

Imprimer

Comme prévu, le budget de fonctionnement de l'Université pour l'année 2011-2012 sera équilibré. Ce budget, dont l'Assemblée universitaire (AU) a pris connaissance à sa réunion du 14 mars, sera présenté au Conseil le 28 mars en vue de son adoption.

Le budget reflète les grandes orientations budgétaires adoptées le 13 décembre, prévoyant notamment, outre le retour à l'équilibre, l'officialisation du mécanisme de péréquation en vigueur à l'Université, qui permet à l'UdeM de procéder à ses propres mises à niveau afin de satisfaire ses besoins particuliers.

L'UdeM prévoit des revenus totaux de 661,6 M$, ce qui représente un bond de cinq pour cent par rapport à l'année précédente. Les dépenses, d'un montant équivalent, représentent un accroissement de quatre pour cent.

La majeure partie des revenus, soit 568,2 M$, provient de la subvention de fonctionnement du gouvernement, à savoir 471,5 M$, et des droits de scolarité, soit 96,7 M$.

Même si le comité du budget de l'AU, qui a préparé ce budget, n'avait pas en main, au moment de ses travaux, toutes les informations gouvernementales, il est légitime de manifester «un optimisme correct», selon le vice-recteur aux finances, Éric Filteau.

Ainsi, le comité du budget avait prévu un ajustement à la hausse de la subvention destinée au Centre hospitalier universitaire vétérinaire de Saint-Hyacinthe et s'attendait à une augmentation liée à la politique sur l'équité salariale. La subvention gouvernementale devait être indexée et les droits de scolarité haussés. L'Université s'attend pour sa part à accueillir 170 étudiants de plus l'an prochain.

Le budget prévoit 401,8 M$ pour les dépenses associées à l'enseignement et à la recherche, soit une majoration de plus de 17 M$ par rapport à l'an dernier. Quant aux services relatifs à ces deux missions, ils nécessiteront des dépenses de 71,7 M$, une hausse de quelque 3 M$. Les dépenses liées à l'administration s'élèveront à 44,5 M$ et celles liées à la gestion des immeubles à 59,4 M$.

L'Assemblée universitaire s'est réjouie du retour à l'équilibre budgétaire. Les représentants étudiants de la FAECUM ont cependant déploré que le montant alloué aux bourses reste inchangé. «C'est extrêmement problématique», a résumé Delphine Bouilly. M. Filteau a répondu que l'Université de Montréal demeurait tout de même l'établissement universitaire consacrant la plus large part de son budget de fonctionnement à des bourses internes, soit 8,9 M$.

Par ailleurs, l'Université dégagera 8,4 M$ pour financer des interventions stratégiques et des priorités institutionnelles, dont les mesures pour favoriser la persévérance aux études et la diplomation, la mise au point d'outils technologiques pour l'enseignement et la recherche, l'internationalisation de la formation aux cycles supérieurs et la grande campagne de financement.

Outre M. Filteau, les membres du comité du budget de l'AU sont Francine Girard, Danielle Morin, Antonio Nanci et Jean Portugais.

Qu'est-ce qu'un professeur invité?

Dans un autre ordre d'idées, les membres de l'Assemblée ont longuement discuté du rapport du comité sur le statut du corps professoral relativement aux pratiques d'embauche des professeurs invités. Le comité a proposé de limiter à trois ans la durée maximale des contrats successifs de cette catégorie d'enseignants.

Entre 2003 et 2008, les différentes facultés ont embauché 346 professeurs invités pour une durée moyenne de huit mois (mais certains demeurent à l'UdeM plusieurs années). «À certains égards, signale le rapport, le statut de professeur invité pourrait être comparé à une auberge espagnole, car on y trouve de tout.»

Cependant, le comité, présidé par Denis Monière, n'a pas jugé bon de proposer une définition plus précise du professeur invité, concluant qu'il fallait laisser aux unités toute la marge de manœuvre nécessaire à son embauche.

Le rapport spécifie tout de même que le professeur invité doit remplir deux des quatre fonctions du professeur régulier de l'Université, soit l'enseignement, la recherche, le rayonnement et la participation au fonctionnement de l'établissement. Mais pour un certain nombre de membres de l'AU, cette clarification est nettement insuffisante. Finalement, l'AU a accepté le rapport.

Paule des Rivières

 

Sur le Web

 

Dossiers

 

L'autisme

Vivre avec un trouble du spectre de l'autisme n'est pas une sinécure. Mais, grâce aux av...

 

Ignorer la douleur peut avoir de graves conséquences

Diffuse ou insistante, lancinante ou brutale, la douleur est un tragique trouble-fête. E...

Le chiffre

127 077

Le nombre de diplômés postsecondaires a fléchi au Québec en 2012.

Lire la suite...